Alerte info
AMATEUR SERIE : Forfait pour cette saison du club de MARSSAC par manque de joueurs. RÉSEAUX SOCIAUX : Retrouvez nous sur Facebook, Instagram , Twitter , Youtube , Linkedin et Snapchat !!!


Ce samedi 3 novembre, l’équipe des Irréductibles avaient retrouvé leurs ADN et multiplié les pouvoirs face à la ligue Paloise.

 

Pas le temps de s’installer confortablement dans les fauteuils, que les spectateurs assistaient à des adaptations de comics sensationnels avec des génies extraordinaires et de talent. Daubagna ouvrait les hostilités par une pénalité. Mais, Spiderman, Battle, escaladait le mur palois et franchissait la ligne verte. Malheureusement, sa tête heurtait violement le sol et sortait groggy. Le jeune compère Robin (Vialelle) et Batman (Ebersohn) jouaient magnifiquement ensemble. Robin permettait à Batman de garer sa batmobile (essai). Kockott enfilait le costume de Captain America et il passait deux pénalités dont une de 55 mètres et deux transformations. Et, le pack se transformait en équipe Les Vengeurs sur les mêlées. Ils étaient titanesques et endommageaient le vaisseau des Verts et Blancs. Ils étaient logiquement récompensés par un essai de pénalité. Enfin, Flash Laveau filait plus vite que la lumière le long du couloir et assénait un nouvel essai. Après toutes ces péripéties, les héros retournaient aux vestiaires avec un avantage de 30 à 3.

Les Skrulls changeaient de forme leurs atouts Metz et Armitage. Ainsi, ils les transformaient en lame et en masse. Et Super-Skrull, Armitage, utilisait un de nos pouvoirs, la puissance, pour nous envahir. Et, Le Bail transformait. La force surhumaine de Sentry, Tulou, faisait exploser les placages de Pau et finissait derrière la ligne. Captain America passait la transformation. Les Irréductibles ont su manipuler les forces électromagnétiques et s’imposaient sur le score de 37 à 10.

 

Arrow, Flash, Robin, Batman lançaient des boules d’énergie (attaques tranchantes et explosives) sur leurs cibles. Ils nous montraient tous leurs équipements et matériels : des jolies combinaisons (les essais de Battle et d’Ebersohn), des percées (Smith après une interception), des crochets dévastateurs, des franchissements, de l’avancée et de la défense.

Les Irréductibles ont fait parler leur radioactivité par 5 fois (réalisations). Parfois, ils ont manqué de contrôle (quelques ballons tombés ou arrachés, des points laissés au pied, quelques fautes sanctionnées) ou étaient neutralisés de justesse (Smith et Capo Ortega).

Le pack a utilisé son pouvoir d’acier. Il a durci tous ses membres et a figé les Palois sur les mêlées et portés. Ainsi, ils obtenaient un essai de pénalité. Tulou, Jennecker, Delaporte et Captain America formaient un bouclier protecteur. Ils volaient des minutions (ballons), étaient très agressifs et bloquaient les béarnais (placages). Dans les airs, les  Gérondeau, Jacquet, Capo Ortega et Gimeno étaient de fantastiques gardiens (prises assurées et des contres).

Captain America, Kockott, a été un combattant hors pair et un bon stratège militaire avec ses points passés au pied, sa vista, sa défense, son jeu dynamique et ses contestes. Sur une pénalité de 50 mètres en biais, Captain America touchait même la transversale et notre Arrow, Smith, n’a pas pu décocher sa flèche pour transpercer la cible. Quel dommage !!!

Pendant 15 minutes en 2de mi-temps, la Section s’est servie de la kryptonite pour diminuer nos forces et notre physique (des joueurs fatigués). D’ailleurs, c’est à ce moment qu’ils ont réussi à envahir notre planète.

L’anneau bleu et blanc (les supporters) a rechargé les supers pouvoirs de nos héros, et l’énergie était si forte qu’elle s’est matérialisée en ola.

Grâce à leur esprit collectif, leurs forces de caractère, leur agressivité dans le zones de combat (rucks, mauls, dans leur camp) et leur volonté d’avancée, ils sont sortis vainqueurs de chacune de leurs missions (91 % de placages défensifs et 9 placages offensifs pour le CO). Ils ont su imposer leur tactique : une pression constante sur les adversaires, une occupation du terrain avec un jeu au pied précis, net et sans bavure, une domination qui a privée leurs challengers de ballons, du rythme dans le jeu, de la clairvoyance et du réalisme. De plus, leurs pouvoirs de déplacements (offensifs et défensifs) et une vitesse surdéveloppée leur a permis de ralentir les libérations et de contrecarrer les attaques rivales.

Cette victoire bonifiée permet aux castrais de rester au contact des places qualificatives pour les phases finales. Félicitations pour cette riposte fantastique et ce succès.  Une véritable régénération ! Bravo aussi pour la soirée des Olympiens, une véritable communion entre les joueurs et les supporters. Alors, la bougnette, le melsat, le fresinat, le pérail, le pumpet et le tout accompagné de vins gaillacois, es pas melhor (ce n’est pas meilleur) ?

 

Ce que j'ai aimé, Flash Laveau, le surpuissant Tulou, Kockott, Vialelle, Ebersohn, Jacquet, Jennecker, Gérondeau, notre collectif, notre 1ère mi-temps de folie avec vitesse, mouvement et jeu, les entrées d’Armitage et de Metz, et le bon arbitrage du jeune landais Jonathan Dufort.

 

Les points négatifs sont le KO de Battle sur son essai, la douleur de Vialelle sur sa béquille et l’envahissement du terrain à la fin de la rencontre par les supporters alors qu’ils n’avaient pas reçu encore l’autorisation.

 

Dans la course au maintien, Agen arrache un bonus défensif à La Rochelle. Quant à Toulon, il s’impose dans la douleur face à Perpignan. Dans le derby entre Grenoble et Clermont, les deux équipes se quittent dos à dos. Sur leurs terres, Toulouse et Lyon font exploser Bordeaux et Paris. Enfin, Montpellier connaît sa 2ème défaite à domicile face au pragmatisme des racingmen, qui eux réalisent un 75 % à l’extérieur (3 victoires en 4 batailles).

 

Le Castres Olympique sera en vacances jusqu’au 14 novembre. Puis, ils reprendront le chemin de l’entraînement afin de préparer au mieux la délocalisation à Perpignan du 24 novembre.


Article Zaza

Crédit photo AFP



Partager