Alerte info
AMATEUR SERIE : Forfait pour cette saison du club de MARSSAC par manque de joueurs. RÉSEAUX SOCIAUX : Retrouvez nous sur Facebook, Instagram , Twitter , Youtube , Linkedin et Snapchat !!!


Nom : Bellier
Prénom : Francis
Surnom : Frano, et quelques déclinaisons : Françou, Fannou….
Âge : 24 ans
Taille : 1,78 m
Poids : 85 kg
Situation Familiale : En couple
Tu habites où : Castres
Profession : Chef de projet logistique au Laboratoire Pierre Fabre


Poste Actuel : Troisième ligne aile
Poste Préféré : on va dire troisième ligne, car l’entraineur ne veut toujours pas me faire jouer 10…


Club Actuel : Club Athlétique Vabrais et une équipe à 7 avec des potes (les French Fray)
Clubs Précédents : Sporting Nazairien Rugby (SNR), INP Toulouse (Universitaire)
Club de Cœur : Stade Toulousain… C’est assez dur en ce moment quand tu vis à Castres et que tu supportes le stade.


Joueur Préféré : Yannick Jauzion, le joueur complet par excellence : puissant, technique et une vraie science du jeu collectif. Il fait partie de la génération toulousaine qui m’a fait aimer le rugby avec Vincent Clerc, Cedric Haymans, Frédéric Michalack… Et puis, pour le clin d’œil, il est quand même né à Castres !!


Quand et comment as-tu commencé à jouer et pourquoi : J’ai commencé le rugby en 2002, en mini poussin à Saint-Nazaire, j’avais 8 ans mais déjà avant j’allais voir les matchs le dimanche. J’ai une famille très « rugby », mon oncle jouait encore et mon grand-père avait joué pilier à la Section Paloise avant de remonter sur Saint Nazaire. C’est lui qui m’a amené au stade la première fois et tous les dimanches qui ont suivi. C’est quelque chose que l’on a partagé longtemps, j’en garde des supers souvenirs !! C’était donc difficile de ne pas essayer !!

 

Ton Palmarès :
Champion de France 2015 de rugby à 7 Universitaire avec l’INP Toulouse (Catégorie Grandes Ecoles).
Demi-finaliste Championnat de France Universitaire.
Quelques Titres de champions régionaux dans les catégories jeunes avec le SNR en sénior pas grand-chose pour le moment…


Ton meilleur souvenir rugbystique : J’ai pas mal de bon souvenir de victoire à Saint Nazaire, surtout dans les derbys contre Nantes et Vannes ou plus récemment avec Vabre. Mais le match qui m’a le plus marqué c’est ma première victoire de tournoi à Saint Nazaire en finale contre Angers. Cette saison là, on avait tout gagné sauf un match nul à la Rochelle, mais Angers était un peu la bête noire les années précédentes. On prend un essai en début de match, mais notre ailier était en feu et marque un doublé, on gagne 3 essais à 1, pour nous c’était un score serré à l’époque ! C’était ma première année de rugby, je m’entendais bien avec les autres joueurs mais c’est à partir de ce tournoi qu’on est vraiment devenu des potes, et c’est avec cette équipe que j’ai joué jusqu’en sénior.


Le pire : Il y a eu quelques finales perdues, le derby perdu l’année dernière contre Brassac avec des conditions météo horribles. Mais le pire reste un quart de finale de championnat de France universitaire en 2016, j’avais une douleur au genou depuis quelques semaines mais je voulais absolument jouer ce match. Au bout de 10min sur un changement d’appui pour plaquer épaule intérieure, crac, rupture des ligaments croisées du genou. On gagnera finalement par plus de 40 points d’écart, et je n’ai pas pu jouer pendant 1 an et demi…

Tes ambitions Personnelles et Collectives cette année : Sportivement on a un début de saison compliquée, avec beaucoup de match à l’extérieur et surtout une modification du découpage géographique avec l’Occitanie, on rencontre des clubs qui sont plus forts et mieux armées que l’année dernière, donc actuellement le but est clairement de se maintenir en première série. Personnellement c’est clairement de prendre du plaisir avec les copains et de donner le maximum pour l’équipe !


Ta principale qualité rugbystique : Le plaquage et la défense, j’ai toujours aimé ça, ça peut sembler simple mais beaucoup de paramètres sont à prendre en compte, on ne défend pas pareil un 1 contre 1 contre un pilier qu’un 2 contre 1 face à des trois-quarts 



Ton principal défaut rugbystique : Ayant plutôt un profil de troisième ligne mobile, j’aime bien participer au jeu avec les arrières de temps en temps. Jeune, j’ai beaucoup travaillé ma passe mais ce n’est toujours pas mon point fort et j’ai ce gros défaut de vouloir tenter des chisteras au contact, la plupart du temps c’est plus efficace pour tuer les taupes que pour créer un décalage. A l’entrainement ça fait rire les autres, en match beaucoup moins…

 


Tu as joué à St Nazaire avant, un niveau beaucoup plus haut, comment as-tu atterri à Vabre :
Je suis venu à Castres pour le travail, je n’avais pas joué depuis ma blessure au genou, je cherchais un club pour reprendre tranquillement. En arrivant je me suis mis en coloc, parmi les colocataires il y avait Mimi (Jean Rémi Millet) qui joue au CAV, quand je lui ai dit que je cherchais à reprendre, il m’a tout de suite proposé de venir avec lui. J’ai fait les 3 premiers entrainements et j’ai tout de suite apprécié l’ambiance. Mon premier match amical fut un peu plus compliqué, j’ai enchainé le match entier en réserve et une mi-temps en première… Pour une reprise après un an et demi sans jouer ça remet dans le bain ! Merci Kiki et Pierrick !


Et du coup comment trouves-tu ce niveau : A Saint-Nazaire, on avait entrainement tous les jours, et pour les matchs il fallait souvent partir le samedi matin pour traverser la France et rentrer le dimanche dans la nuit... En fait je faisais tout en fonction du rugby. Le club fonctionnait comme un club pro avec des exigences fortes et beaucoup de rigueur. En arrivant à Vabre j’ai découvert un club qui fonctionne forcément très différemment, tout le monde dépasse un peu ses fonctions, avec un vrai esprit de famille. J’avais peur en arrivant en première série que ça soit un peu le « bazar », avec en tête des exemples de clubs que je connaissais qui se contentaient de jouer les matchs le week end. Mais ici j’ai vraiment été agréablement surpris, et ça dès l’accueil, les dirigeants sont très impliqués dans la vie du club, il y a du monde aux entrainements, de très bons joueurs et une forte volonté de faire du jeu.
En fédérale tout est très travaillé, les déplacements, replacements, combinaisons sont répétées jusqu’à devenir quasiment automatique. En première série, avec deux entrainements/semaine, on ne peut pas retrouver cette organisation, du coup on est un peu plus libre dans nos choix, c’est moins prédéfini, comme il y a aussi moins de vitesse on peut plus facilement rattraper une erreur ou un retard. Et bien sûr l’intensité des impacts n’est pas la même ! ça me va très bien, ça correspond mieux à mon petit gabarit !


Vabre est un club qui grandit, qui a bien évolué ses dernières saisons, racontes nous cela, quel est la force de ce club : Ce n’est que ma deuxième saison à Vabre donc je ne peux pas vraiment comparer avec le passé, mais d’après ce que j’ai compris le club repartait d’assez loin, et c’est notamment grâce à Kiki (Christophe Mur) qu’il a pu se transformer, en passant de 3ème série à une qualification en phase finale de 1ère série l’année dernière. La force de ce club c’est avant tout les gens qui le composent et le font vivre, je ne suis pas sûr qu’il y ait beaucoup de village de 800 habitants avec un club de rugby à 2 équipes masculines et une féminine ! Les dirigeants, les joueurs et joueuses, des anciens, beaucoup de gens s’impliquent énormément, sur le terrain tu as aussi envie de leur en rendre un peu ! Vabre c’est une famille, une ambiance unique, tu peux être sûr qu’il y aura toujours une quinzaine de joueurs qui resteront manger ensemble et jouer aux cartes au club house le vendredi soir et que la troisième mi-temps le dimanche, à domicile ou pas, victoire ou pas, durera tard dans la nuit !

Les qualités de ton équipe : D’abord la volonté de jouer, on a une équipe légère par rapport aux autres, sans gros gabarit donc on joue plus sur la vitesse et la mobilité. Devant le collectif est très bon, on a pas mal travaillé la touche et maintenant nos phases de conquête sont réglées ce qui permet d’avancer sur nos ballons portés. Derrière on a pas mal de vitesse et des bons joueurs de ballon donc le but est d’aller assez vite porter le ballon sur les extérieurs.

Comment se passe cette saison pour le moment : Compliqué ! On a eu un début de championnat compliqué avec beaucoup de match à l’extérieur sans prendre de point, et une défaite à domicile contre Aussillon qui nous met en bas de la poule. On se rend compte qu’avec le redécoupage de la région Occitanie le niveau a pas mal augmenter par rapport à l’année dernière ! Maintenant on va attaquer la deuxième partie de championnat qui nous est plus favorable, à nous de se rattraper !

Comment est ton nouveau coach Pierrick Girbas qui débute dans ce rôle cette saison (c’est mon coussin c’est pour ça) : Très bien ! Il avait la tâche compliquée de passer après Christophe Mur. Il a fallu qu’il trouve ses marques avec notre mauvais début de saison mais je pense que tout le monde est satisfait du travail qu’il fait, le contenu des entrainements, le fait qu’il implique les jeunes, le jeu qu’il veut mettre en place. Le plus étonnant c’est qu’il s’énerve et râle moins que quand il était joueur sur le terrain !

L’objectif de Vabre cette saison : L’objectif c’est clairement de se maintenir en première série pour l’équipe première et la qualification pour les phases finales pour l’équipe réserve.


Que penses-tu du rugby actuel : Mon ressenti c’est qu’il est convalescent, a haut niveau on sort d’une période de rugby frontal, axé sur le physique et la destruction. Maintenant on retrouve cette volonté d’évitement, de jeu de vitesse. Ça se voit avec les équipes qui dominent en top 14 ou les champions du monde U20, et également les nouvelles règles testés chez les jeunes.

Que penses-tu de notre équipe de France : C’est plus compliqué… Les joueurs sont tous bon en club, mais il n’y a pas vraiment de leader qui se dégage. Il y a toujours des erreurs, des fautes qui sclérosent le jeu, et empêche de gagner de la confiance. A ce niveau ce n’est pas normal ! Quand tu vois l’Irlande ou la Nouvelle Zélande, ce sont des équipes qui en plus de proposer du beau jeu, elles font très peu d’erreur et sont des monstres de la gestion.

Racontes nous une anecdote rugby : A Saint Nazaire, lors d’un match à domicile avec la réserve on avait rendez-vous le matin pour faire mise en place et manger ensemble le midi. Mon réveil n’a pas sonné, je suis arrivé avec 2h de retard… J’étais censé être titulaire mais du coup je me suis fait sanctionner, j’ai dû faire arbitre de touche toute la première mi-temps en caleçon, le public s’est bien marré !

As-tu un tic, une superstition avant les matchs : Pas spécialement, il y en a qui ont besoin de se mettre des coups de casque avant les matchs, j’essaie plutôt de les éviter ! sinon j’ai quand même un petit rituel le dimanche midi, c’est le passage aux toilettes après le café…

Pratiques-tu un autre sport : Je vais courir assez souvent mais sinon non. Jeune, j’ai fait du tennis et un peu de boxe française.

Autres commentaires, quelque chose que je ne t’ai pas demandé :

Le déroulement typique d’un dimanche à Vabre :
10H00 : C’est l’heure du rendez vous, au club house pour le café. Comme d’hab, les joueurs qui habitent à Castres sont en retard, Mimi se réveille difficilement de sa soirée de la veille.
10H30 : Mise en place sur le terrain, le Seize a gardé son talkie-walkie pour avoir les infos de la chasse en direct.
11H30 : Retour au club house pour manger, c’est l’heure de faire le bilan des dégâts des soirées du week-end.
11H45 : Repas servi par les dirigeants, Bloy en est à son 3ème cordon bleu, ça stabilise les mêlés, parait il.
12H45 : Pierrick a plié tout le monde aux cartes, C’est Sylvestre et Yo qui lui financent ses week ends...
13H00 : Direction le match de la réserve, posé sur la bute, la concentration commence à se faire sentir.
13H05 : Kurt pose un raffut, on va encore en entendre parler pendant 1 semaine.
14H00 : Départ au vestiaire.
14H10 : Tout le monde se prépare dans le calme sauf Stephen qui s’est mis de la crème chauffante sur tous le corps et qui, rouge comme un homard, est obligé de prendre une douche avant l’échauffement...
14H20 : Echauffement, Camille prend un malin plaisir à fatiguer tout le monde avec une séance de pompe infinissable.
14H45 : Retour vestiaire, consigne du coach et discours de motivation, le but du jeu étant d’éviter les coups de tête de Chicken, réflexe.
14H50 : Départ du vestiaire pour aller au terrain
14H55 : Traversé de Thérondel.
14H58 : Arrivée au stade, enfin...
15H00 : Début du match.
15H23 : Faute non sifflée, Pierrick pousse une gueulante.
15H35 : Après un contact La Puje reste au sol.
17H00 :  Fin du match, normalement la fouine ou le petit Bothas ont marqués, Yo ou Globo ont pris un carton.
17H30 : Douche froide, merci la réserve qui a pris toute l’eau chaude.
17H45 : Collation au club house et début de l’apéro.
18H30 : Après avoir refait le match 15 fois avec les anciens, les marqueurs d’essai payent leur bouteille de pastis.
19H00 : On coupe la lumière et on met la musique. Mention spéciale à Kurt pour sa dance du Mia.
19H30 : France Gall, mon coup de cœur.
21H30 : Repas.
22H00 : Photo pour rugby amateur, pas toujours habillés...
23H30 : C’est l’heure des départs.
00H00 : Ceux qui ne travaillent pas le lundi ou ceux qui aiment un peu trop faire la fête vont dormir dans la fameuse « chambre rose » chez Stephen, je ne préfère pas raconter ce qui s’y passe...


Que peut te souhaiter RadiolympiqueTv :Une belle fin de saison avec Vabre ! Et d’éviter les blessures !


-Et pour finir, ton XV de rêve, avec qui tu as joué ou aurait aimé jouer et sans t’oublier bien sûr (joueurs : ancien, actuel, pro, amateur, français, étranger …) :


Lègende XV de rêve, là où j’ai joué avec eux :
1 : CAV
3 : Mon Grand-Père
5 : INP Toulouse, French Fray
6 : Saint Nazaire
7 : Moi, je vais quand même éviter de me mettre 10
8 : INP Toulouse, French Fray
10 : CAV «mon chouchou»
11 : Saint Nazaire
14 : INP Toulouse, French Fray


Article et Interview Julien ESCANDE

Crédit Photos Emilie MARQUES




Partager