Alerte info
AMATEUR SERIE : Forfait pour cette saison du club de MARSSAC par manque de joueurs. RÉSEAUX SOCIAUX : Retrouvez nous sur Facebook, Instagram , Twitter , Youtube , Linkedin et Snapchat !!!


Après 15 jours de trêve internationale, les Irréductibles se déplaçaient à Perpignan ce samedi 24 novembre.

 

Pendant un quart d’heure, les catalans ont conduit le bateau, nous privaient de ballons et occupaient sans cesse nos eaux territoriales. Il ne s’en fallut de peu que l’ancien castrais Taumeopeau ne fasse un incident diplomatique (réalisation) à la 4ème minute. Leur buteur irlandais Jackson ouvrait logiquement le score. Dès sa 1ère incursion, le CO remontait 3 points dans son chalut grâce au pied d’Urdapilleta. Et, la pénalité de 52 m de Spedding venait frapper le ponton (dommage, car le coup de pied était sublime). Puis, Gérondeau captait une touche en amont, Urdapilleta aguichait l’attaque avec sa passe millimétrée, Laveau la réceptionnait et offrait avec panache la touche à Spedding. Mais, nous relâchions notre capture (emprise) avec trop d’indiscipline et  le carton jaune de Jennecker pour plaquage dangereux. Jackson réussissait 2 autres pénalités. Le catalan Lam lui aussi ferraillait trop violemment et écopait d’un jaune sur la sirène. Ainsi, Urdapiletta ne tremblait pas et accrochait 3 points à son hameçon. A la pause, le CO menait 13 à 9.

Une seconde mi-temps à oublier : pas de jeu et de rythme de la part des deux équipes. Très peu d’actions intéressantes. Il aura fallu attendre la 61ème minute pour voir le score évoluait : Urdapiletta creusait le score. Mais, Jackson redonnait de l’espoir aux supporters Sang et Or avec sa pénalité. Les Castrais résistaient et tenaient leur 3ème succès à l’extérieur. Ils s’imposaient par 16 à 12.

 

10 jours de vacances bien mérités pour se ressourcer, guérir les petits bobos et récupérer des blessés comme Urdapilleta ou Caminati. Cette sortie en mer catalane me faisait peur pour les raisons suivantes : nous étions restés sur un succès bonifié face à Pau, Castres a du mal à repartir à l’abordage après les coupures, les Usapistes avaient la tête sous l’eau avant la trêve et pouvaient en profiter ainsi pour retrouver un second souffle.

Et pourquoi ne pas ferrer le Champion de France pour se relancer ? Et cela, les Perpignanais nous l’on montré d’entrée. Ils ont lancé leurs vermilles (attaques) dans nos eaux territoriales pendant près d’un quart d’heure. Et leur canne Taumeopeau a bien failli réussir à laisser son hameçon dans l’en-but. Ils nous troublaient et nous poussaient au piège de l’indiscipline (9 pénalités). Leur trident (pression forte, agressivité, envie) nous privaient de ballons et nous harponnaient. Heureusement, les catalans n’ont jamais su concrétiser leurs temps forts sur la ligne. Et, notre capitane Capo coupait une première fois leur nasse et Urdapilleta faisait mouche. Il montrait l’exemple à ses collègues tarnais. Quelques minutes plus tard, le moulinet castrais déroulait parfaitement le fil (attaque) pour pêcher le gros poisson (essai) par Spedding. Quelle intelligence et générosité de notre jeune bayonnais Laveau, venu de la Pro D2. Véritable révélation de ce début de championnat avec sa vitesse, ses percussions, ses percées et son jeu collectif.

Le pack castrais nouait de plomb le secteur de la mêlée. Ultra dominateurs, il ne profitait pas par deux fois de la nivrée (pour moi, la technique du petit côté). La plus rageante sera celle sanctionnée où Kockott ne sortait pas assez rapidement le ballon.

Parfois, des ouvertures ont été mal négociées. Par exemple, la percée de Tulou qui n’a pas été suivie ou le ballon perdu en 1ère mi-temps alors que nous étions dans leurs 22 m. Nous avons manqué d’automatismes et de repères sur certaines phases de jeu (en-avant, passes mal ajustées, une mêlée sanctionnée), 2 touches perdues, incompréhensions sur des annonces et une supériorité numérique mal négociée.

L’autre satisfaction aura été le retour de notre maestro argentin, Urdapilleta, qui a contribué au succès (passe décisive et pénalités). Pour une reprise, il a tenu la cadence et a participé au jeu.

Il faut féliciter les pailloles de Gérondeau, Jacquet et Caballero sur les lancers adverses notamment celle de Caballero qui vole un ballon important à quelques minutes de la fin.

Certes, nous avons tremblé. Mais, la résistance du nœud défensif des percheurs castrais (Tichit, Delaporte, Gérondeau, Tulou, Combezou) s’est accentuée au fur et à mesure de la partie sur les grattages au sol, les rucks et les placages. Elle était impériale sur les dix dernières minutes.

Une pêche sans trop de rythme, d’entrain et avec beaucoup de déchets de part et d’autres. C’était un match de reprise et on ne pouvait pas espérer mieux. L’essentiel c’est que les olympiens ramènent dans leurs filets un 3ème succès à l’extérieur.

 

Ce triomphe nous fait réintégrer les places qualificatives et rester au contact des autres écuries. Il permet aussi d’amorcer sereinement les prochaines journées (réceptions d’Agen et de Bordeaux et la délocalisation à La Rochelle) et les face à face contre le Munster en Coupe d’Europe.

 

Ce que j'ai aimé, Flash Laveau et son cadeau à Spedding, Tulou, Delaporte, Urdapilleta, Combezou, l’entrée de Caballero, notre défense, la plupart des chants castrais, notre collectif et pack, Taumeopeau, Eru et Lemalu.

 

Les points négatifs sont les écrans d’Aimé Giral (visibilité indigeste !), les accrochages en 1ère période, un faux rythme, un brin de justesse sur certaines actions (2 mêlées dominatrices mais on perd deux fois le ballon) et l’explosion d’un pétard coté castrais.

 

Les cauchemars de Grenoble au Racing et d’Agen face à Montpellier avec des défaites cruelles dans les dernières minutes. La pénombre poursuit Toulon à Bordeaux : un carton rouge, une défaite et toujours pas le moindre point glané à l’extérieur. Clermont est toujours sur son nuage à la maison (5ème victoire bonifiée). Paris s’est endormi à Jean Bouin et La Rochelle en profite. Nos voisins toulousains ont réalisé leur grand rêve : une victoire à Pau et la 2ème place du Top 14.

 

Un match particulier (tension, émotion…) nous attend ce samedi 1er décembre : la réception d’Agen et de Mauricio Reggiardo, futur manager du Castres Olympique.


Crédit article Zaza

Crédit photo Patrick OLOMBEL






Partager