Rory Kockott suspendu trois semaines

Le demi de mêlée du Castres Olympique Rory Kockott a été suspendu trois semaines à l’issue d’une audience disciplinaire indépendante qui s’est tenue à Paris aujourd’hui (mercredi 19 décembre), relative au match de la 4ème Journée de Champions Cup de son club contre le Munster Rugby au Stade Pierre Fabre.

Kockott a été cité par le Commissaire à la citation de la rencontre, Chris Catling (Angleterre), pour un contact avec les yeux et/ou la zone oculaire du joueur troisième ligne du Munster, Chris Cloete, à la 21ème minute of the match en infraction à la Règle 9.12.

Règle 9.12 – Contact intentionnel avec l’œil ou les yeux
Selon le règlement de World Rugby, les sanctions pour jeu déloyal en infraction à la Règle 9.12 ont les points d’entrée suivants – degré faible : 12 semaines; degré moyen : 18 semaines; degré supérieur : de 24 à 208 semaines

Règle 9.12 – Contact avec la zone oculaire
Selon le règlement de World Rugby, les sanctions pour jeu déloyal en infraction à la Règle 9.12 ont les points d’entrée suivants – degré faible : 4 semaines ; degré moyen : 8 semaines ; degré supérieur : de 12 à 52 semaines

Une Commission de discipline indépendante composée de Pamela Woodman (Ecosse), Présidente, Anthony Davies (Angleterre) et Leon Lloyd (Angleterre) a examiné les preuves et entendu les dépositions de Kockott, qui a plaidé coupable de l’accusation de contact avec la zone oculaire, celles du Directeur du Castres Olympique, Matthias Rolland, celles du représentant juridique du Castres Olympique, Clément Germain, ainsi que celles de Liam McTiernan, Officier chargé de la Discipline de l’EPCR.

La Commission a confirmé la citation dans le sens où un carton rouge aurait été mérité. Elle a déterminé que Kockott avait touché la zone oculaire de Cloete et que cet acte de jeu déloyal correspondait au degré faible du barème des sanctions de World Rugby. Un point d’entrée de quatre semaines a donc été sélectionné.

En prenant en compte le fait que le joueur ait plaidé coupable et se soit bien comporté pendant l’audience, la Commission a décidé de réduire la sanction d’une semaine et a donc prononcé une sanction de trois semaines de suspension.

Kockott pourra donc rejouer à partir du lundi 7 janvier 2019. Le joueur et l’EPCR ont le droit de faire appel de la décision.

 

Marc-Antoine Rallier suspendu une semaine

Le talonneur remplaçant du Castres Olympique, Marc-Antoine Rallier, a été suspendu une semaine à l’issue d’une audience disciplinaire indépendante qui s’est tenue à Paris aujourd’hui (mercredi 19 décembre), relative au match de la 4ème Journée de Champions Cup de son club contre le Munster Rugby au Stade Pierre Fabre.

Rallier a été cité par le Commissaire à la Citation de la rencontre pour avoir plaqué de façon dangereuse le troisième ligne du Munster, Peter O’Mahony, à la 69ème minute du match en infraction à la Règle 9.13.

Règle 9.13 – Plaquage dangereux
Selon le règlement de World Rugby, les sanctions pour jeu déloyal en infraction à la Règle 9.13 ont les points d’entrée suivants – degré faible : 2 semaines; degré moyen : 6 semaines; degré supérieur : de 10 à 52 semaines

Une Commission de discipline indépendante composée de Pamela Woodman (Ecosse), Présidente, Anthony Davies (Angleterre) et Leon Lloyd (Angleterre) a examiné les preuves et entendu les dépositions de Rallier, qui a plaidé coupable, celles du Directeur du Castres Olympique, Matthias Rolland, celles du représentant juridique du Castres Olympique, Clément Germain, ainsi que celles de Liam McTiernan, Officier chargé de la Discipline de l’EPCR.

La Commission a confirmé la citation dans le sens où un carton rouge aurait été mérité et elle a estimé que cet acte de jeu déloyal correspondait au degré faible du barème des sanctions de World Rugby. Un point d’entrée de deux semaines a donc été sélectionné.

Il n’y avait pas de facteur aggravant et, en prenant en compte le fait que le joueur ait plaidé coupable et qu’il ait un casier disciplinaire vierge, la Commission a décidé de réduire la sanction de 50% (le maximum possible). Elle a donc prononcé une sanction d’une semaine de suspension.

Rallier pourra donc rejouer à partir du lundi 24 décembre. Le joueur et l’EPCR ont le droit de faire appel de la décision.

 SOURCE et PHOTO: E.P.C.R 

Partager