Alerte info
AMATEUR SERIE : Forfait pour cette saison du club de MARSSAC par manque de joueurs. RÉSEAUX SOCIAUX : Retrouvez nous sur Facebook, Instagram , Twitter , Youtube , Linkedin et Snapchat !!!


Nom : LABIT.
Prénom : Paul.
Surnom : Le Fidjien.
Âge : 25 ans.
Taille : 1m75.
Poids : 90kg.
Situation Familiale : En couple.
Tu habites où : Castres.
Profession : Soudeur.


Poste Actuel : Talonneur.
Poste Préféré : Demi d’ouverture (à condition que Thomas Chevalier et Simon Prades jouent au centre).


Club Actuel : Aviron Castrais.
Clubs Précédents : Revel.
Club de Cœur : Le Stade Français.


Joueur Préféré : Leone Nakarawa.
Top Joueur avec lequel t’a joué : Laurent Marth (pour son coup de pied légendaire).


Quand et comment as-tu commencé à jouer et pourquoi : J’ai commencé le 18 novembre 1999 à Revel même si mes parents auraient préféré que je fasse un autre sport à cause des horaires qui n’étaient pas adaptées. Après la fibre familiale m’a sans doute rattrapé.
Ton Palmarès : Champion Midi-Pyrénées junior en 2012 et les Pavois du Tarn en 2017.


Ton meilleur souvenir rugbystique : Le titre en 2012 qui est venu récompenser tout le travail d’un groupe de copains qui se connaissaient depuis des années, sans oublier le staff et les bénévoles qui se sont occupés de nous.


Le pire : De pire il n’y en a pas vraiment mais le plus dur est sûrement la défaite en demi finale l’an passé face à Montréjeau, car on a senti qu’on pouvait les renverser et s’approcher d’un hypothétique bouclier.


Tes ambitions Personnelles et Collectives cette année : Continuer à grandir personnellement et collectivement, finir le mieux classé, s’offrir des phases finales et ne pas s’empêcher de rêver.


Ta principale qualité rugbystique : Mon pas de l’oie.


Ton principal défaut rugbystique : Mon jeu au pied.


Après une très belle saison l’année dernière et une montée à la clé, cette première partie de saison en promotion honneur est très très bonne, peux tu nous expliquer cette réussite : Durant l’intersaison on s’est bien préparé physiquement, puis on n’a pas changé nos plans de jeux par rapport à l’an passé. On continue d’envoyer du jeu et de s’appuyer sur une grosse défense.

Quel est la force de ton club, l’Aviron Castrais : Sa force c’est d’abord son école de rugby qui forme de bons jeunes ce qui permet d’alimenter le groupe senior chaque saison. Puis après quelques saisons de galère, le club s’est restructuré autour de ses anciens qui font un boulot énorme tout comme les bénévoles ainsi que les éducateurs de l’école de rugby.

 

 Les qualités de ton équipe : C’est son très très jeune âge, son envie de jouer tous les ballons. Mais surtout le fait de ne jamais se prendre au sérieux.


Une des particularités c’est qu’il y a ton père qui t’entraîne, racontes nous cela, pas trop dur, expliques nous cette relation : La question revient souvent. Ce qui facilite les choses c’est qu’il entraînait derrière et que moi je joue devant donc on se retrouve un peu moins ensemble sur les exercices. Après on fait la part des choses entre le privé et le rugby, chacun fait ce qu’il à faire et puis voilà. Mais on ne passe pas plus de 2 jours sans s’appeler pour se parler de rugby.

L’objectif de l’Aviron Castrais cette saison : La qualification pour les phases finales et après il faudra se faire plaisir.

Ton oncle Laurent entraîne le Racing, c’est une longue histoire de famille le rugby chez les Labit : Oui on peut dire ça car chez nous tout le monde est concerné par le rugby de prés ou de loin. Mon père et mon oncle entraînent, mes cousins et ma sœur jouent aussi et le reste de la famille est derrière la barrière pour nous soutenir. Donc on peut vraiment dire que c’est une histoire de famille.

 Que penses-tu du rugby actuel : Je pense que le rugby amateur n’est pas au mieux, quant on voit le nombre de clubs mis en sommeil ou même rétrogradé par manque d’effectif c’est affolant ! Mais tout n’est pas noir non plus il y a aussi des clubs qui se portent bien depuis des années et qui s’en sortent. Donc disons que le rugby est un bon reflet de notre société.


Que penses-tu de notre équipe de France : Disons que depuis le match face au Fidji j’ai honte de cette équipe. Il y a soixante millions de sélectionneurs et j’en fais parti mais quand on voit la composition de l’équipe où l’on fait démarrer des joueurs qui ne sont même pas titulaires dans leur club ça me rend fou. Personnellement, je serais pour modifier le format du top 14 (faire 2 poules de 10 ou réduire le nombre d’équipe) pour permettre au XV de France de se réunir plus souvent et de travailler pour relever la tête.



Racontes-nous une anecdote rugby : Je me rappelle d’un déplacement à Jacou avec les bélascains de Revel, où il ne faisait pas chaud, alors on mettait de la crème chauffante dans les vestiaires puis on partait s’échauffer. D’un coup, Geoffrey Batut vient nous voir car son visage lui brûlait et là fou rire général …. Après s’être mis de la crème, il ne s’était pas essuyer les mains et s’était touché le visage. Il ressemblait à une glace vanille/fraise. C’était tellement magique, je vous laisse imaginer le truc.

 

As-tu un tic, une superstition avant les matchs : J’ai deux, trois caleçons fétiches que je mets le dimanche (voir je commence à les mettre un jour avant si le match est très important haha).

Pratiques-tu un autre sport : Oui les raisonnements, c’est un sport à part entière croyez moi !

Autres commentaires, quelque chose que je ne t’ai pas demandé : Quand te verra-t-on porter le maillot des Fidji à 7? J’attends les papiers et mon passeport.

Que peut te souhaiter RadiolympiqueTv : De faire la meilleure saison possible et d’éviter les blessures. Et moi je vous souhaite de continuer à défendre le Rugby Tarnais et de le mettre en avant. Merci à vous.

 Et pour finir, ton XV de rêve, avec qui tu as joué ou aurait aimé jouer et sans t’oublier bien sûr (joueurs : ancien, actuel, pro, amateur, français, étranger …) :



Remplaçants :
16 : Rory Best
17 : Grégory Durand
18 : Florian Pujol
19 : André Canac
20 : Henri-Paul Bousquet
21 : Florian Carrie
22 : Guillaume Roux

Crédits Photos : Émilie Marques et Serge Gonzalez.

 Article et Interview Julien ESCANDE.






Partager