Pour la 5ère journée de Champions Cup, le Castres Olympique jouera dans la station nationale de météorologie anglaise, Exeter, ce dimanche 13 janvier.

 

Dans son abri du Sandy Park Stadium, l’Exeter Chiefs Rugby Club a connu cette saison une seule intempérie toute compétition confondue. C’est la tempête Gloucester qui les a endommagé par 19 à 27.

 

Et puis, ils ont nagé dans le brouillard face à Bristol, le modeste 10ème, dû à des problèmes de finitions. Ils ont réussi à emmagasiner les points de la victoire sur le score de 14 à 9 grâce à l’éclaircie Cordero. Les castrais ont balayé les cumulonimbus du doute et de la défaite. Ils ont retrouvé le moral, l’envie, la défense et de l’embellie sur l’attaque après leur victoire à Grenoble.

 

Leur pôle défensif est assuré par les pertubateurs Armand (52 placages), Kvesic, Yeandle et Denis. Les Chiefs ont réalisé 599 placages contre 574 pour les Olympiens (51 pour Babillot et 41 pour Delaporte). Cependant, les molécules rivales ont polué l’environnement de leur en-but européen par 9 fois (essais encaissés), 2 de plus que Castres. En Primiership, c’est la 1ère défense.

Les capteurs Hill, Atkins et Armand ont absobé 48 touches (CO : 42). Puis, ils sont très efficaces sur les ballons portés avec Kvesic et Devoto. En mêlée, ils connaissent parfois des nuages. Néanmoins, ils rayonnent sur les turnovers.

Le trafic de la circulation est bien régulé par la charnière White (l’ancien montpelliérain) et Simmonds. Elle contribue à la grande vague de chaleur. Les radars ont enregistré 11 réalisations en Coupe d’Europe (6 de moins pour les bleus et blancs) et 361 points marqués en Primiership. Les cyclones tropicaux Nowell, Devoto, Slade, Simmonds et Whitten engendrent des dommages dans les lignes adverses. Même les avants (Armand, Slade et Kvesic) sont de redoutables tourbillons d’essai. Exeter a un jeu rapide, fluide, de passes, d’offloads et de percussions. Par exemple, ils avaient joué leur premier coup de pied qu’àprès la 25ème minute à Pierre Fabre.

Cependant, ils ont laissé leur meilleur buteur, le demi d’ouverture Steeson, sur la touche. Les castrais retrouvent Kockott (le meilleur sur les turnovers) et Mafi (10 défenseurs battus).

Mais surtout, il ne faudra pas laisser de latitude au phénonène argentin Cordero, le futur bordelais. C’est lui qui a les meilleurs instruments : le nombre des défenseurs battus (1er  du classement européen, soit un 1/4 de son équipe), les ballons joués à la main et les franchissements. Il est l’élément important des offensives : le ballon passera par lui sur chaque attaque.

 

La masse d’air chaud (Castres) et celle du froid (Exeter) rentreront en contact pour la 2ème fois. Lors du 1er front, la pression constante des tarnais leur avaient permis d’être un anticyclone puissant même à 14. Elle leur avait garanti du temps ensoleillé (la victoire). Dans cette compétition, les cartes météos anglaises affichent à domiche les vigilances suivantes : 17 zones vertes (victoires), 1 jaune (nul) et 9 rouges (défaites). Tandis que les Irréductibles ont 19 victoires, 1 nul et 50 défaites à l’extérieur.

Tous les espoirs sont permis pour toutes les équipes dans cette poule. En effet seulement 4 points séparent Munster (1er avec 12 points) et Gloucester (4ème avec 8 points). Donc, cette 5ème journée s’annonce explosive et décisive pour la qualification.  Enfin, nous aurons déjà les mesures de Gloucester/Munster, qui se déroulera vendredi soir.

 

L’observateur George Clancy, l’international irlandais qui fait partie de l’association des arbitres du Munster, effectuera les relevés de données du jeu. Il sera aidé par Sean Gallagher et Mark Patton (touche) et Olly Hodges (vidéo).

 

Les spécialistes nous donnent perdants sur cette rencontre. Alors CO, montrons-leurs que leurs prévisions sont erronées comme pour les dernières phases finales.

Impossible n'est pas castrais !!!



Artcile Zaza

Crédit photo Ville de Castres.fr







Partager