Après une hibernation de 15 jours, le Castres Olympique se rendait à Pau pour la parade des ours dans le parc naturel du Hameau.

 

Les tarnais imposaient leur régime alimentaire (le tempo) aux Palois. Puis, l’ours Urdapilleta donnait un coup de patte en direction de Laveau, et le flair de Combezou détectait parfaitement le miel : il récupérait et se délectait dans l’en-but. Ensuite, Palis était victime deux actes de malveillance par les chasseurs Foley et Mowen. Le garde forestier les sanctionnait d’une amende (2 jaunes). Cependant, les castrais dominaient outrageusement. Mais, ils n’arrivaient pas entrer dans la caverne pour se mettre à l’abri. Au contraire, l’artilleur Slade profitait deux pénalités pour revenir sur nos traces. La patte d’Urdapilleta permettait d’accentuer la distance. Ainsi, le CO allait se mettre au vert en menant 14 à 6.

Dès la reprise, la famille Bleus et Blancs montrait une grande variété de jeu. Mais, leur sens olfactif connaissait une défaillance dans l’analyse : ils faisaient de mauvais choix, tombaient des ballons ou commettaient des fautes. Le néo-zélandais Slade marquait notre territoire avec trois points et fort heureusement il ne maîtrisait pas le ballon de l’essai. Les puissantes griffes tarnaises permettaient de déchirer toutes les attaques de la Section. Enfin, les tarnais pouvaient exécuter la danse de l’ours pour célébrer la victoire (9 à 14).

 

Dès les premières minutes, nous avions compris que le CO voulait s’offrir la royauté. Les monarques prenaient même le trône grâce à Combezou. Ils imposaient leur monarchie : de longues séquences, du jeu au pied précis, de la vitesse, du jeu et de la maîtrise dans les airs. Ces différents assauts faisaient perdre leurs nerfs aux Palois, et Palis en était la victime. Foley et Mowen écopaient d’un carton jaune chacun. Le premier aurait dû virer au rouge (Messieurs les arbitres, pensez à protéger nos joueurs !!). Et même, il y aurait pu avoir un rouge sur un coup de poing assené au sol à un de nos joueurs sur cette même action. C’était très électrique sur le terrain !!! Babillot bousculait un Palois après un geste d’énervement sur Urdapilleta. Une simple pénalité ! A part cela, l’arbitrage a été plutôt bon. Cependant, nous n’avons pas su conquérir tout le royaume pendant cette double supériorité numérique. Nous avons privilégié le jeu en force au lieu d’écarter sur les extérieurs. Dommage que les deux passes au pied étaient trop fortes,  ça aurait pu être le sacre. Flash Laveau nous a montré toute sa prépondérance sur l’aile avec ses percées et sa vitesse. Le pharaon Palis aura été souverain sur le jeu (aérien et au pied) et divin avec ses relances. Son avènement ne faisait aucun doute au vue de sa prestation : il était élu homme du match.

En 2ème période, notre occupation a été stérile notamment dans les 22 mètres gascons. Nous avons fait de mauvais choix stratégiques ou de maîtrise. Comme par exemple, la rentrée de Jacquet dans le trafic alors qu’il pouvait aller tout droit ou donner sur l’extérieur, les ballons gardés au sol, les oublis de partenaires, les passes mal ajustées ou un peu tardives. Tous ces détails ont fait que les Irréductibles n’ont pas marqués. Pourquoi n’avons nous pas tenté un drop pour mettre à huit points la Section et nous mettre à l’abri ? Ainsi, nous aurions obliger les Verts et Blancs à se découvrir davantage. Au lieu de cela, nous avons souffert jusqu’à la fin. Et nous, les supporters nous avons tremblé. Heureusement, notre bouclier défensif était actionné. Vaipulu coffrait Hamadache et récupérait une pénalité, le revenant David imposait sa puissance physique sur des duels, Falatea grattait des ballons et le roi Samsom volait une touche à 5 mètres de nos lignes.

 

Castres a dominé et a occupé le terrain sans jamais pouvoir tuer le match. Ils auraient même pu le perdre !! Ouf, Slade ne saisissait pas le ballon après la percée de Vatubua. Ce 5ème succès à l’extérieur nous rapproche des places qualificatives. Les Olympiens ont repris du poil de la bête dans le jeu, les intentions, la défense, l’intensité, le physique, la combativité. Il faut encore travailler le secteur de la finition et du réalisme.

 

Ce que j'ai aimé Palis, Urdapilleta, Vaipulu, Delaporte, Clerc, l’activité de nos remplaçants, la force et l’énergie dégagées par notre collectif, notre maîtrise sur les touches, notre rideau défensif, le respect de La Hondada, les supporters castrais qui ont fait du bruit, Slade et l’entrée d’Hastoy.

 

Les points négatifs sont notre manque de réalisme sur la double supériorité numérique, les ballons perdus dans les 22 mètres palois et la souffrance de notre pack en mêlée en 2de période, le carton rouge oublié à Foley pour son placage dangereux sur Palis.

 

Cette 16ème journée aura été surprenante et profitable aux castrais. La grosse sensation viendra de Perpignan : ils s’imposent à Montpellier avec un enfant du pays, Selponi. Agen a montré du caractère face au RCT et les toulonnais réduisent ainsi leurs chances de qualification. Au stade des Alpes, Grenoble a été défait par La Rochelle. Clermont est toujours intraitable à Michelin : et c’est Bordeaux qui en a fait les frais. Les deux clubs de la Capitale ont connu des mésaventures à domicile : Lyon croque Paris et Toulouse s’offre le Racing.

 

Le Castres Olympique recevra le Racing 92 pour la 17ème journée. Un triomphe des Olympiens leur permettrait de réintégrer le Top 6.Une danse de l’ours importante pour les castrais dans cette compétition serrée  !!! 


Artilce ZAZA

Crédit photo AFP






A l’occasion de la 12ème journée du Championnat de France Fédérale 1 Féminine, la jeune pilière Camille Houlés du Castres Olympique Féminin entrait en jeu face au Racing Club Marseillais en 2ème période. Malheureusement, elle s’est blessée sur une mêlée et a du même être évacuée sur civière.

Nous venons d’apprendre qu’elle sera éloignée des terrains pour plusieurs mois en raison d’une entorse aux cervicales.

Toute l’équipe de RadiOlympiquetv lui souhaite un prompt rétablissement et beaucoup de courage dans ce moment difficile.

Et comme le dicton le dit « Après la pluie vient le beau temps ! ».

 

 Crédit photo : Castres Olympique Féminin.




Partager