Ce samedi 2 mars, en soirée, les Irréductibles défieront les étoiles lyonnaises dans le studio du Matmut Stadium.

 

Cette équipe lyonnaise est spectaculaire et poétique avec le désigner de renom Mignoni. Ainsi, ce monument est classé 3ème du Top 14 avec 52 points (CO : 7ème avec 45 points).

Leurs spectacles de lumière sont très attractifs sur les attaques : 45 essais inscrits avec les projecteurs Ngatai (7 E), Nakaitaci (6 E) et Arnold (4 E). Sur ce marché, les luminaires Regard et Barassi (4 franchissements), Wulf et Ivaldi (3), Sobela, Gill et Armitage (2) ont un impact notable. Les leaders sont les enseignes Regard (574 mètres parcourus), Sobela (502 m), Fearns (444 m) et le jeune Barassi (384 m). Les spécialistes Wisnieski ou Beauxis ont le vent en poupe avec 79 % de réussite sur les pénalités, drops, transformations (CO : 72%). Ainsi, ils sont l’attraction N°4 du championnat avec 429 points marqués, 42 transformations, 3 drops et 43 pénalités (CO : 330 points, 18 T, 2 D et 47 P).




Un équipement solide (Puricelli, Kodela et Sobela) et des techniques défensives (86 % de placages réussis et 260 placages offensifs) ont fait que leurs adversaires ont déposé seulement 33 bougies dans l’en-but. Du coup, ils sont les leaders de la défense. Castres a 87 % placages réussis et 178 placages offensifs.(

Ils ont des scénographies très recherchées sur leurs lancers en touche (86,49 % de gains) avec les concepteurs Puricelli (80), Cretin (23), Lambey (22) et Oosthizen (14). Les plans dessinés par les architectes Puricelli, Goujon et Cretin prennent aussi tournure sur les touches rivales (26 prises). (CO : 83,19 % et 21 vols).

La compagnie du LOU investit bien les quartiers des « Mains » et du « Pied ». Ils ont joués 373 ballons au pied, 3 973 ballons joués à la main, 2 368 passes, des passes après contacts avec les éclairagistes Regard, Gill, Sobela, et 140 en-avants. Les artistes tarnais sont eux à 385 ballons au pied, 3 679 ballons joués à la main, 2 034 passes et 129 en-avants.

Mais, les Olympiens font le plein de la possession avec 51 % contre 49 %, de l’occupation avec 54 % contre 51 %, de la possession dans les 22 mètres adverses avec 123 minutes contre 63 min, des rucks avec 96,69 % contre 95,41 %, des mauls avec 92,22 % contre 85,28 %, et des mêles avec 85,54 % contre 83,93 %.

Cependant, Lyon a reçu 43 pénalités (CO : 47), a commis 15 fautes au sol (CO : 18) et écopé de 11 jaunes dont 1 pour Ngatai, Roodt, Mignot, Kaabeche, Cretin (CO : 19).



 

Les visiteurs devraient assister à une 5ème édition très ouverte, engagée, physique et intense. Lors des 4 dernières éditions, le Castres Olympique a créé deux spectacles visuels merveilleux (victoires) en 2011 et en 2016 (19 à 23) et a connu deux incidents techniques en 2014 et en 2017 (31 à 12). Cette saison, les Gones se parent de toutes les couleurs à domicile : ils sont invaincus (1 nul contre Toulouse et 7 victoires). Mais, les touristes tarnais profitent pleinement de leur séjour (ils ont déjà 5 succès). En 2019, les Olympiens sont sur une bonne dynamique avec 2 succès à l’extérieur. Alors,  pourquoi n’appliqueraient-ils pas l’adage « Jamais 2 sans 3 ». Un point de bonus défensif serait le bienvenue et une victoire serait magique.

Adrien Descottes sera le maître de cérémonie et il sera aidé par Frédéric Chazal et Sébastien Minery (touche) et Philippe Bonhoure (vidéo).




Pour cette 18ème journée, il y aura aussi des fêtes de lumières : Racing/La Rochelle, Montpellier/Bordeaux, Clermont/Grenoble, Pau/Agen, Perpignan/Toulon et Paris/Toulouse.

Alors CO, cette ville de lumière, nous en avons besoin pour la qualification  !!


Article Zaza

Crédit photos Patrick OLOMBEL


Les compos du match:


Le XV de départ du LOU : Kaabèche, Lacombe, Gomez-Kodela, Goujon, Roodt, Puricelli, Sobela, Fearns, (m) Doussain, (o) Wisniewski, Nakaitaci, Ngatai, Wulf, Mignot, Arnold. 

Les remplaçants : Ivaldi, Menini, Van der Merwe, Fourie, McLeod, Cretin, Regard, Yameogo.


L’équipe du Castres Olympique : Spedding ; Smith, Vialelle, David, Paris ; Dumora (o), Kockott (m) ; Caballero, Jelonch, Babillot (cap.) ; Lassalle, Jacquet ; Kotze, Firmin, Tichit.

Les remplaçants : Rallier, Stroe, Samson, Tulou, Domenech, Urdapilleta, Ebersohn, Fa’anunu.




Partager