L'arrière castrais Scott Spedding a vu sa requête contre l'augmentation du nombre de JIFF sur les feuilles de match être rejetée par le Conseil d'Etat ce lundi. Il ne lui reste plus que la Commission Européenne pour obtenir gain de cause.

Décidément, Scott Spedding (32 ans) ne trouve pas beaucoup de soutien. Lancé dans une véritable bataille juridique depuis l'année passée, l'arrière international (23 sélections) souhaite désespérément contourner la réforme des JIFF (joueurs issus des filières de formation). Alors qu'il a obtenu la nationalité française en 2014, le Sud-Africain d'origine a mis beaucoup de temps a trouvé un nouveau club à son départ de Clermont, notamment à cause de son statut non-JIFF. La Fédération française de rugby avait rejeté la requête de l'ancien auvergnat malgré l'avis favorable du CNOSF, obligeant Spedding a tenté une nouvelle manœuvre. Le numéro 15 du Castres Olympique avait porté l'affaire devant le Conseil d'Etat pour demander une suspension de l'augmentation du nombre de JIFF par feuille de match.

Dernier recours : la Commission Européenne

Douze, quatorze, seize la saison prochaine puis 17 à partir de 2021, le nombre ne cesse d'augmenter pour permettre à la formation française de développer son potentiel. Après avoir rejeté sur la forme la requête de Spedding, le Conseil d'Etat a décidé de s'y opposer totalement ce lundi, validant par la même occasion la réforme mise en place par la LNR. « Elle va nous permettre de poursuivre les actions engagées pour renforcer les filières de formation et l'émergence des nouvelles générations de joueurs » a déclaré le président de la Ligue nationale de rugby Paul Goze. La dernière possibilité d'obtenir gain de cause pour l'arrière français est de voir la Commission Européenne qualifier cette réforme de discriminatoire. Le combat est donc loin d'être terminé.

SOURCE INFO SPORT ORANGE.FR

Crédit photo ICON SPORT



Partager