Lors de l’assemblée du 27 avril à Pierre Fabre, les Irréductibles doivent mettre fin aux privilèges du gouvernement Toulousain. C’est le derby tant attendu par les partisans : le rugby campagne contre celui de métropole, un collectif familial et uni contre une académie d’artistes, la stratégie face au jeu, la suprématie régionale enjeu…

 

La famille Rouge et Noir a pris le pouvoir du championnat avec 80 points alors que Castres est 5ème avec 62 points.

Les toulousains fondent leur système sur un héritage de biens (le jeu de main), un pack conquérant et des trois-quarts rapides.

Sur leurs 5 898 ballons joués, les Haut-Garonnais ont joué à 93 % à la main (Dupont, Guitoune, Kaino et Ahki) et à 7 % au pied (Dupont, Guitoune, Ntamack). Puis, ils ont fait 3 157 passes, 153 en-avant et des passes après contact (21 pour Guitoune, 18 pour Ahki, 15 pour Tolufua et 13 pour Cros). Les tarnais ont dépouillé 90 % de leurs 5 236 votes (ballons) à la main, ont exploité 2 609 passes et des passes après contact (15 pour Vaipulu, 11 pour Kockott, 9 pour Gérondeau) et n’ont eu que 162 bulletins blancs (en-avant).




Le Stade Toulousain capitalise 82,12 % de leurs touches avec l’avant-garde Elstadt (27), Cros (26), Placines (18) et Faasalele (15). Pour les castrais, ils ont déclaré 85,27 % de leurs prises avec Jacquet (32), Babillot (29), Samson (28), Lassalle (27). La majorité des 26 délits sont commis par Elstadt (5), Placines (4), Gray, Faasalele et Cros (2). C’est le quatuor Caballero (6 vols), Gérondeau (5), Gimeno et Jacquet (4) qui constitue la chute de 27 lancers adverses.

Leur puissance réside dans un pack compact (327 turnovers contre 286) et très solide en mêlée : ils ont gagné 90,13 % de leur propre introduction et en ont pris 18 à leurs adversaires. (CO : 83,07 % de mêlées gagnées et 22 prélèvements à leurs rivaux).

L’agence d’influence Dupont/Bézy/Ntamack traite parfaitement les problématiques de la communication et de la transmission. Puis, les progressistes Guitoune (14 franchissements, 1 294 mètres parcourus), Tauzin (13, 643 m), Ahki (10, 671 m) et Dupont (6) instaurent les réformes. Smith est notre principal réformateur (7 franchissements et 666 m). Ensuite, ils ont une belle croissance de leur économie avec Guitoune (8 essais), Bonneval et Huget (6 E), Tauzin (5 E).

De ce fait, les Stadistes sont la 2ème attaque du Top 14 avec 75 essais, 59 transformations, 1 drop, 41 pénalités et 626 points marqués. (CO : 10ème attaque avec 41 E, 25 T, 3 D, 60 P, 446 points inscrits).




Ils maîtrisent à 76 % les coups de pied (pénalités, drops et transformations) et les castrais sont à 73 % dans cet exercice. Néanmoins, notre messi Urdapilleta est 3ème au classement des buteurs avec 195 points alors que leur buteur Ramos est 5ème avec 164 points.

Le bloc défensif est assuré par l’alliance Faasalele (95 % de placages réussis), Placines (93 %), Elstadt (33 placages offensifs) et Kaino (24). Les deux ordres ont le même taux de défrichement (87 % de placages réussis). Mais les Haut-Garonnais sont plus appliqués dans les tâches de placages offensifs : 354 contre 219. Cependant, les castrais ont proclamé leur attachement aux droits défensifs : ils sont les leaders de la défense et ont subi seulement 40 amendements (ST : 3ème avec 48 essais encaissés).

Les deux régimes ont quasiment les mêmes décrets : la possession (ST :1 069 min contre 1 046 min), la possession dans son camp (601 min contre 608 min), l’occupation (1 071 min contre 1 107 min) et les rucks (96,42 % contre 96,54 %). Ils assurent aussi l’égalité au niveau de la possession dans les 22 m adverses (143 min). Toutefois, nous excellons dans le domaine des mauls : 91,53 % contre 87,96 %.

Sur le front de la discipline, ils ont reçu 11 jaunes, 1 rouge (Faasalele), 41 pénalités et  ils ont commis 12 fautes au sol. Le CO a écopé de 24 J, 60 P et 23 fautes au sol.




Après 39 ans de disette, les paysans Tarnais se révoltaient en décembre 2017 sur les terres de la bourgeoisie Toulousaine. Depuis cette première Révolution, les Olympiens continuent de s’affranchir de l’Ancien Régime : 5 victoires consécutives. Mèfi, cette saison la société Stadiste retrouve de la noblesse (actuel leader du Top 14 et demi-finaliste européen). Ils circulent assez facilement sans trop payer de droits de tonlieu. Ainsi, ils ont 7 victoires, 2 nuls et 2 défaites sur leurs 11 déplacements. Sur notre fief, nous avons connu 3 sécheresses cette année sur nos 10 cultures. Sur les 14 dernières productions (face à face) à Pierre Fabre, les tarnais ont noté sur leur cahier de doléance les 6 pillages (2015, 2012, 2008, 2008, 2007 et 2006). Les Bleus et Blancs doivent continuer leur marche vers le Top 6. Certes, c’est un match important pour la qualification mais c’est surtout le DERBY !!! C’est une nouvelle occasion de montrer à tous (médias et autres) que notre mouvement est bien installé et qu’il faudra compter sur nous pour les prochaines élections.

 

L’application des lois sera gérée par le magistrat Adrien Descottes et ses officiers Cyril Lafon et Bruno Gabaldon (touche) et Philippe Bonhoure (vidéo).

Pour cette 23ème journée, il y aura aussi d’autres luttes de classes : Pau/Racing, Agen/Lyon, Montpellier/Grenoble, Perpignan/La Rochelle, Toulon/Bordeaux et Paris/Clermont.

Lors de l’assemblée du 27 avril à Pierre Fabre, les Irréductibles doivent mettre fin aux privilèges du gouvernement Toulousain. C’est le derby tant attendu par les partisans : le rugby campagne contre celui de métropole, un collectif familial et uni contre une académie d’artistes, la stratégie face au jeu, la suprématie régionale enjeu…

 

Alors CO, comme chantait Dick Rivers  : 

«  Dis-toi je veux, je peux,

tout se passe dans les yeux  !! »

Et nous, les bleus (supporters)

nous serons ton feu.


Article Zaza


Crédit photos Patrick OLOMBEL


Les compos du match de ce samedi









javascript:nicTemp();(lien direct)

Partager